Nouvelles de l’industrie

août 29, 2016

Quand notre inaction coûte cher

Le marché du carbone devait permettre au Québec de moderniser son économie, de réduire sa dépendance au pétrole et de créer des emplois dans de nouvelles filières. Pour les prochaines années, il risque plutôt de faire sortir des centaines de millions de dollars de la province. Quelque chose, quelque part, n’a pas fonctionné. Et le problème, c’est que le Québec ne s’est pas donné les moyens de ses ambitions dans sa lutte contre les changements climatiques. Il faut aujourd’hui réaliser le coût de notre inaction, puis renverser la vapeur. Consultez l’article dans La Presse+.