Nos réalisations : des résultats concluants pour lutter contre les changements climatiques

PureSphera (Recyclage Écosolutions) cumule plus de huit années d’expérience pour optimiser la récupération des appareils de climatisation, de réfrigération et de déshumidification pour ensuite éliminer les halocarbures afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Découvrez nos réalisations.

Leader en réduction des GES

Grâce à notre programme FrigoResponsable avec les municipalités et nos partenariats avec Hydro-Québec, Manitoba Hydro et SaskPower, nos actions font la différence face aux changements climatiques.

En date du 30 avril 2016 :

338000000
kilowatts économisés
600000
appareils de réfrigération recyclés depuis 2008
1200000
tonnes de CO2 réduit depuis 2008
250
tonnes de SACO détruites (substances qui appauvrissent la couche d’ozone)
Notre nouveau Centre de Gestion Intégrée des Halocarbures (CGIH) Bécancour réduira les émissions de GES jusqu'à 500 000 tonnes par année, équivalent au retrait d'environ 140 000 voitures compactes des routes, tout en protégeant la couche d’ozone.
Valorisation de 50 000 tonnes de matières premières : acier, plastiques, cuivres, aluminiums, verres ainsi que de la poudre de polyuréthane, huile et mercure.

1 tonne d’halocarbures (CFC R12) équivaut à

10 000 tonnes de CO2 ou encore

2800 voitures compactes roulant toute une année

Marché du carbone

PureSphera a réalisé la toute première transaction de carbone compensatoire 100 % québécoise de l’histoire. Plus de 461 500 crédits compensatoires ont été vendus et investis au Québec. Gaz Métro a acquis ces premiers crédits compensatoires québécois.

Rappelons que depuis le 1er janvier 2015, Gaz Métro est assujetti au marché du carbone Québec-Californie en tant que distributeur de carburant et doit ainsi compenser ses émissions de gaz à effet de serre (GES) et celles de ses clients, particuliers et petites entreprises. Trois possibilités s’offraient à Gaz Métro pour se procurer des droits d’émission: les ventes aux enchères organisées entre le Québec et la Californie, le rachat des surplus d’autres entreprises et l’acquisition de crédits compensatoires générés par l’industrie.